mardi 31 janvier 2012

Game Story, j"y étais !


Game story était une exposition que je suivais de loin mais avec attention et j'ai enfin eu l'occasion d'y aller.
Malgré une attente de presque 2 heures en raisons de sécurité liées à l'affluence sur le site, je ne suis absolument pas déçu. Attente d'autant plus incompréhensible que l'expo se tenait dans la Galerie sud-est du Grand Palais, qui a été restaurée avec des normes muséales et une volonté de respecter le plus possible les plans originaux des architectes de 1900 dirigés par Charles Girault. En effet cette galerie peut maintenant accueillir entre 200 et 400 visiteurs et à la louche on était quand même loin des 200...
Le personnel sur place était charmant et informatif ce qui est trop rare pour ne pas être souligné. Le lieu était grandiose même si il est vrai que j'aurais apprécié de voir cette expo sous le grand dôme.


Cette exposition visait à démontrer l'importance du jeu vidéo comme acteur d'innovations technologiques, graphiques et artistiques ce qu'est ce « nouveau média ». Et en toute sincérité, elle y a parfaitement réussi. L'exposition était divisée en plusieurs sections basées sur des repères chronologiques précis et judicieusement trouvés. Je fus étonné d'ailleurs de m'apercevoir que je savais finalement pas mal de choses même si j'en ai appris beaucoup au cours de cet événement. Je fus ravi de constater que le public était hétéroclite et pas seulement composé de fans et de gamers. Preuve s'il en était que le jeu peut toucher tout le monde et que cette rétrospective avait tout lieu d'être. Ce qui m'a amusé, c'est que dans cette foule cosmopolite, tout le monde a un jour ou un autre, joué ou connu un jeu vidéo. Et je fus ravi de constater qu'il fait partie de nos vies à tous.



La première partie intitulée Les prémices couvrait la période de 1950 à 1971. Elle rappelle les premières tentatives d'interface ludique homme-machine avec Tennis for Two (1958) qui étaient avant tout une démonstration des capacités de l'ordinateur. La commercialisation ne devient effective que vers les années 70 avec l'apparition des bornes d'arcade. La première sera Computer Space en 1971 aux États-Unis. La première console fut l'Odyssey lancé par Magnavox en 1972.


La deuxième partie intitulée Pong et ses dérivés couvre 1972 jusqu'à 1977. L'Odyssey peu vendue inspirera Pong en borne d'arcade par Atari (anciennement Syzygy). Après un succès fulgurant il sera adapté en console en 1975.



La troisième partie va de 1977 à 1983 et s’intéressa aux Premiers jeux en couleurs. Avec l'Atari VCS 2600 et sa génération 8 bits. PacMan et Space Invaders furent les jeux marquants de cette période.


La quatrième section courre de 1983 à 1989 avec L'Ère du dessin. Cette période qui sera l’avènement de Nintendo avec la NES qui fera découvrir Mario, Méga Man, Kirby, Fantasy Star, ou Zelda. Sega deviendra son principal concurrent. Les jeux sur micro ordinateur se développent dans le même temps avec des thèmes et des design plus « adultes ».



Le Pixel Art couvrira la période de cette cinquième partie qui va de 1989 à 1994. Les consoles étaient la Mégadrive de Sega et la Super Nintendo. Sonic voit le jour et la création française apporte sa « French Touch ».


La sixième section est consacrée à L'arrivée de la 3D qui va de 1994 à 1999, notamment avec la Playstation de Sony en 1995 mais aussi la Sega Saturn et la Nintendo 64 en 1996. Les jeux marquants seront Final Fantasy 7, WipeOut, Rayman ou Tekken.
Sur PC, Warcraft ou Half Life feront le succès du multi-joueur sur Internet. En 1998 la Dreamcast sera la dernière console de Sega et sera annonciatrice des futures générations.



Puis la septième partie court de 2000 à 2005 et est sobrement intitulée L'image s'affine. L’évolution des jeux sur internet se poursuit et World of Warcraft popularisera grandement les MMORPG (et pas Meuporg …) mais les précurseurs restent quand même Linéage ou Everquest.
Les consoles de cette époque sont la Playstation 2 de Sony, la Xbox de Microsft, et la Gamecube de Nintendo, sans oublier la GBA et la DS. Les jeux marquants sont Halo ou Call of Duty.


La dernière partie va donc de 2006 à 2011 et concerne les Jeux « HD »et les jeux rétros.
Ce sera donc la Xbox360 et la PS3 mais également la Wii qui initiera l'utilisation de la reconnaissance de mouvements. La production des jeux se rapproche de plus en plus d'une esthétique cinématographique.


Comme vous l'aurez compris, c'était une exposition fort bien pensée et richement documentée et je remercie encore le personnel pour le dossier de presse. D'ailleurs saluons Olivier Huard, le Pixelartist qui a réalisé l'affiche de l'exposition. Il était très intéressant également de voir les inspirations vidéo-ludiques avec les affiches de film, boîtes de jeux, les consoles et accessoires, les livres etc. Ce qui était d'ailleurs très original c'était de voir les vraies bornes d'arcade de l'époque et de pouvoir jouer dessus.
Voilà donc une sortie bien sympa et une initiative qui mérite d'être renouvelée.


Je vous signale aussi que vous pouvez trouver le catalogue de l'exposition.



Aucun commentaire :

Publier un commentaire